IMPORTANT :

En conformité au RGPD, pour pouvoir continuer à recevoir nos articles, nous vous invitons à vous inscrire à nos newsletters.

Si vous voulez dispenser des formations à distance, et vous ne disposez pas de ressources numériques, deux possibilités s’offrent à vous :
  1. Acheter des modules sur étagère
  2. Créer vos propres e-learning
La première option est tout à fait envisageable pour les formations génériques : langues, management, vente, marketing, communication… car le marché offre une riche sélection de supports numériques.
En revanche, pour des thématiques plus spécifiques, dans lesquelles les produits sur étagère ne s’alignaient pas exactement sur les compétences et les connaissances dont vos apprenants ont besoin d’acquérir, il faudra alors se lancer dans la conception sur mesure.
Puisqu’à distance on apprend autrement qu’en présentiel, il ne faut pas tomber dans le piège de penser qu’il suffit de reprendre vos supports existants pour les reproduire sous la forme de capsules vidéo, présentations animées, quiz…etc.
Voici quelques conseils qui vous aideront mettre en pratique une approche de création de contenus numériques, avec le meilleur ratio coûts / efficacité…

NE VOUS FOCALISEZ PAS SUR LE CONTENU

Ce n’est probablement pas un conseil que vous avez envie d’entendre, mais regardons les choses en face : une grande partie des formations en ligne n’est qu’une perte de temps !

La plupart des modules qu’on trouve sur le marché ne font que diffuser des informations qui sont déjà disponibles ailleurs, par exemple dans des articles de blogs spécialisés, dans les supports de travail, voire même dans des vidéos que vous trouvez gratuitement sur internet !

Alors, pourquoi créer une formation qui répète des informations disponibles ailleurs ?  Il est peut-être plus utile de créer un dispositif qui apprend aux gens à trouver les ressources déjà disponibles et, bien sûr, produire des contenus sur les sujets inédits.

LE CONTENU DOIT ÊTRE PERTINENT

La plupart des formations inefficaces sont dues au fait que le contenu n’est pas pertinent pour l’apprenant.  Pensez que les apprenants sont tous différents ; ils arrivent en formation avec différents niveaux d’expérience et de connaissances.  En créant une formation centrée sur l’apprenant, vous pouvez répondre à ses réels besoins.

La clé des modules interactifs n’est pas le multimédia, ni les jeux ou les interactions par glisser-déposer.  Il s’agit plutôt de savoir comment l’apprenant interagit avec le contenu.  Créez des modules où l’apprenant ne se contente pas de recevoir passivement des informations.  Donnez-lui plutôt la possibilité de réfléchir et d’utiliser les informations pour prendre des décisions et obtenir un retour d’information qui réponde aux questions qu’il se pose.

LIBÉREZ LA NAVIGATION

L’utilisation du Web a permis aux gens d’apprécier la liberté et le contrôle, et il est peu probable qu’ils reviennent volontiers à une expérience linéaire.

Les gens aiment la liberté d’examiner et de balayer les informations dans les cours d’apprentissage en ligne.  Rien n’est plus frustrant qu’une navigation verrouillée où le contrôle est retiré à la personne qui est censée faire l’apprentissage.

Voici quelques éléments à prendre en considération :

  • Les apprenants aiment explorer et expérimenter. Cela les aide à construire un contexte.
  • Certains peuvent lire plus vite que la narration donc, ne les faites pas attendre. Donnez-leur la possibilité de lire.
  • Vous avez un module qui dure un certain temps. Le fait de ne pas pouvoir avancer plus vite ou de revenir en arrière peut irriter certains publics.
  • Souvent, la navigation est verrouillée par crainte que l’apprenant se contente de cliquer sur le cours. Au lieu de verrouiller la navigation, contrôlez leur mouvement dans le cours par le biais de la prise de décision.

PRATIQUEZ LE “FLUX TIRÉ”

De nombreuses formations sont conçues pour diffuser uniquement des informations.  Mais ce n’est pas la meilleure façon d’apprendre.  Il faut aussi créer un environnement dans lequel l’apprenant doit “tirer” l’information.

Essayez de donner à l’apprenant des problèmes à résoudre.  Fournissez ensuite toutes les informations que vous auriez normalement poussées en créant un accès à des ressources en libre accès.  Au fur et à mesure que l’apprenant tentera de résoudre le problème, il trouvera les informations dont il a besoin.

RESPECTEZ LES RYTHMES BIOLOGIQUES

Apprendre, c’est comme manger.  Il ne faut pas avaler plus de ce qu’on peut digérer.

De la même manière, vous ne pouvez pas vous attendre à ce que le cerveau reçoive de nouvelles informations à la pelle.  Vous devez respecter un certain rythme.  Assimilez les nouvelles informations, réfléchissez-y (peut-être en vous exerçant à les utiliser), puis envoyez-les à d’autres parties du cerveau pour traitement.

Évitez d’envoyer trop d’informations en même temps. Travaillez plutôt sur le rythme et le déroulement de la formation.  Avec les nouvelles informations, donnez des occasions de les utiliser.  Par ailleurs, évitez l’approche classique consistant à présenter cinq écrans d’information, puis à vérifier les connaissances avec des QCM.  Cherchez quelque chose de plus original.

SOIGNEZ L’ERGONOMIE

L’esthétique compte, mais l’ergonomie est incontournable. N’oubliez pas que vos apprenants sont assis devant un écran et que, par rapport à celui d’une formation présentielle leur champ de vision est très réduit.

Le travail à l’écran est pénible pour nos yeux et pour nos neurones aussi.

Les principes d’ergonomie multimédia sont un sujet très important qui mérite d’être approfondi dans le billet de la semaine prochaine.

Entre temps, vous pouvez jeter un coup d’œil à la page de notre site qui présente le contenu d’un parcours de formation-action qui vous aidera à la mise en oeuvre de formations blended époustouflantes !

En attendant les prochains conseils…

Vous pouvez jeter un coup d’œil à la page de notre site qui présente le contenu d’un parcours de formation-action qui vous aidera à la mise en oeuvre de formations blended époustouflantes !

Rendez-vous à la semaine prochaine pour le CONSEIL N°4 : Produire des écrans ergonomiques